Événements récents / Recent events

  • David Blatherwick

    David Blatherwick

    Transfigurations est le titre général donné à une série d’œuvres en cours qui comprend des tableaux et des dessins. Elle est née d’une fascination pour la tradition de la peinture figurative et d’un questionnement sur la possibilité d’en renouveler le langage. Les résultats de cette recherche expriment une forme de dialecte abstrait qui semble à la fois reconnaissable, sensuel et étrange, mais qui traduit aussi la précarité des rapports entre les corps aujourd’hui.


  • Projet Commun

    Projet Commun

    L’argile est une matière qui contraint l’organisation spatiotemporelle et qui tend à inverser le rapport de force couramment perçu entre les artistes et leur médium. Le matériau rythmant souvent la cadence, les artistes se retrouvent à la merci de l’objet. Mais peut-on recycler le temps comme on recycle la matière, l’argile ? Le temps consacré à la production permet-il à l’artiste d’entrer au cœur d’une relation lucide et intime avec ses œuvres ? Prendre plus de temps pour créer moins d’objets est-il compatible avec la compétition et les marchés de l’art ?


  • Andrew Forster

    Andrew Forster

    Investigation bouffonne dans la nature de la nature. La nature se situe-t-elle à l’intérieur ou à l’extérieur de notre idée de nature ? Nous appartient-elle intérieurement ? Peut-on se tourner vers l’intérieur pour trouver l’extérieur ?


  • Heidi Daehler and Kaël Mercader

    Heidi Daehler and Kaël Mercader

    Charade idéale 20 au 30 octobre 2022 Produit Rien6909 rue MarconiMontréal, QC, H2S 3H5 photos: Paul Litherland Heidi Daehler et Kaël Mercader présentent une série de peintures et d’oeuvres sur papier. Avec leur amour commun pour la nature, ils traitent ce sujet avec la nostalgie de la mémoire et de ses liens affectifs et sociaux. […]


  • Marie Syrine Daigneault

    Marie Syrine Daigneault

    Période de forte activité tire ses représentations visuelles des expériences vécues de Marie-Syrine Daigneault. Elle y pose un regard critique et réflexif sur son rapport aux autres, à la convoitise, mais également sur cette recherche d’idéal que l’on s’impose et auquel on aspire. Ainsi les selfies, captés lors de rencontres faites grâce à l’application, figurent autant le besoin de plaire que celui de performer la séduction.


  • Paul-Eugène  et Charles Gagnon

    Paul-Eugène et Charles Gagnon

    L’exposition Gagnon et fils réunit une série d’abstractions géométriques étonnantes peintes à la fin de sa vie par Paul-Eugène Gagnon et des représentations de disques vinyles et d’astérisques dessinées par son fils, l’artiste montréalais Charles Gagnon. L’exposition présente aussi une série de tapis abstraits crochetés selon la technique artisanale du hookage par Paul-Eugène.


  • Francine Lalonde

    Francine Lalonde

    Francine Lalonde présente deux installations vidéos et du dessin. C’est en cherchant comment parler de son expérience de l’espace physique, alors qu’elle n’en avait plus après avoir dû quitter son atelier, que la vidéo d’animation s’est imposée pour incarner autrement ses préoccupations spatiales.


  • Manuel pour un nouveau voisinage

    Manuel pour un nouveau voisinage

    Marqué par l’exploration, la création et la diffusion en temps de crise, suivant le cours des choses, Manuel pour un Nouveau Voisinage réunit 18 artistes et se projette dans le présent alors que le déconfinement progresse.Rencontres amicales et à distance, discussions, installations sonores et visuelles, traces imprimées, micro-concerts et performances sont au calendrier de cette semaine qui célèbre un certain retour à l'(a)normalité.


  • John Fox

    John Fox

    John’s works on paper are independent images: self-contained and self-defined. Their open space confirms his elegant ferocity of colour and line. If they evolved into larger paintings on canvas, it was only after long contemplation, aided and abetted by his imagination.


  • Sophie Lanctôt

    Sophie Lanctôt

    L’exposition Pins, silhouettes convoque les pins de ce lieu que j’habite tous les étés. De grands pins se découpent entre la maison et le lac. Mémoire du lieu, ils deviennent fantômes et gardiens à la tombée du jour. Ils instaurent une rencontre avec une autre temporalité, d’où émergent des figures disparues qui traversent le paysage et s’immiscent dans des dessins et des tableaux. En ce temps d’incertitude, d’éco-anxiété, l’image de l’arbre apparaît dans sa dialectique : fragilité et force, disparition et survivance. * * * * * * A pine forest of sketches of various sizes and mediums fills the gallery space. The trees are an encounter with another temporality, emerging as ghostly figures crossing a landscape. They remind us of old photography albums. In these uncertain times of eco-anxiety, the image of the tree appears in its dialectic: fragility and strength, extinction and survival.